« J’aime paaaas !!! beurk !!! Je veux des pâtes !!! »

Ces propos vous parlent? Votre enfant rechigne devant son assiette ? Pas de panique… il existe des solutions !

Comme on dit, tous les goûts sont dans la nature. Pour autant, il s’agit aussi d’une question d’éducation! Alors non, je vous vois venir, je ne remets pas en cause votre méthode éducative parentale du tout ! Je parle bel et bien de l’éducation du palais! Les habitudes, ça se crée et c’est bien pour cela que les façons de manger sont totalement différentes d’un continent (ou même d’un pays) à l’autre.

Par exemple : Au petit-déjeuner en Inde, la coutume est aux galettes, légumes et œufs! En Angleterre, saucisses, œufs ou encore flageolets à la tomates y feront des heureux ! Ce sera beaucoup moins attrayant en France avouons-le!

Bref, la théorie du pourquoi c’est bien…mais comment corriger la chose avec nos charmantes têtes blondes, c’est encore mieux non ?

Quoi faire ?

Pour commencer, il est inutile de vouloir le forcer, vous pourriez le braquer !

  • Variez les formes et les couleurs. Jouez sur la présentation dans l’assiette. Deux olives noires pour les yeux, une touche de ketchup pour le nez et une lamelle de gruyère pour la bouche : voilà un superbe clown qui va amuser votre enfant ! Un bateau, une maison, un paysage : à vous de faire preuve d’imagination pour créer des présentations ludiques et colorées. On mange aussi avec les yeux, ne l’oubliez pas !
  • Utilisez des assiettes décorées avec des animaux ou des personnages mignons. Votre enfant se dépêchera de finir son assiette pour voir ses petits dessins.
  • Lorsque vous donnez à manger à votre bébé, présentez-lui les aliments. N’hésitez pas à les nommer, à dire de quelle couleur ils sont, quelle est leur texture, leur goût. Enfin, même si c’est tentant, il faut éviter de donner son avis, en positif comme en négatif, sur ce que vous lui faites manger. Il se fera ainsi sa propre opinion.
  • Faites participer l’enfant à la préparation du repas. Il sera fier d’avoir participé et mettra d’autant plus d’entrain à goûter à ce qu’il a préparé ! S’il est encore trop petit, montrez lui ce que vous lui préparez.
  • Créer un moment agréable : les repas doivent être pris dans un environnement calme. On évitera donc la télévision, les coups de fil, les passages incessants dans la cuisine, ou tout autre activité qui pourrait distraire le petit. Soyez entièrement disponible pour lui.
  • Faites lui découvrir les aliments au marché ou dans les rayons de votre supermarché. Farandole de couleurs et parfums frais : faites lui profiter de leur richesse. Pour cela, n’hésitez pas à lui faire toucher, sentir (et pourquoi pas, goûter !) les produits sur les étals. Pour prendre goût aux légumes, il est aussi important qu’il sache d’où ils viennent ou comment ils poussent. Bref, intéressez-le !
  • Ne chargez pas trop les assiettes dans un premier temps, et expliquez lui que s’il en veut à nouveau il n’y aura pas de soucis.
  • N’hésitez pas à cuisiner les différents légumes (grillés, sautés, frits, en sauce, en gratin…) et variez les épices. Apprenez l’art du camouflage ! Des carottes à la vapeur, c’est le flop ! Un soufflé au gruyère et aux carottes, c’est le top ! Pour camoufler des légumes l’air de rien, pensez aussi à la sauce tomate aux oignons, aux poivrons ou au céleri, aux quiches aux légumes (coupés en julienne), aux nuggets poulet-légumes, aux frites de courgettes ou de carottes ou encore aux cakes et madeleines salés.
  • Favorisez les purées et les textures douces ou pourquoi pas les soupes ou smoothies colorés ! Les enfants apprécient généralement les textures douces qui permettent de faire passer de nombreux légumes en douce. Chaudes durant l’hiver ou froides en été, à boire avec une paille : à vous de jouer ! Côté purées, proposez-les tartinées sur des toasts de pain grillé, surmontés d’un cube de fromage ou d’une lamelle de jambon blanc. C’est facile de ruser !
  • Pour les petits de 15-18 mois, il est possible de mélanger un peu de yaourt avec le plat principal. Cela atténuera les goûts pour favoriser une première approche.

En clair

Ne stressez pas : l’appétit d’un enfant ne doit pas être évalué sur un repas mais sur une semaine entière. Inutile donc de s’inquiéter s’il ne mange pas toujours très bien d’un jour sur l’autre. Son appétit peut varier en fonction de la chaleur, de son état de fatigue, de sa dépense physique…

Je conclurai simplement en rappelant bien évidemment qu’il faut montrer l’exemple !

Vous saurez maintenant comment obtenir votre première étoile au guide gastronomique des vos petits critiques en culotte courte !

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X